CINEMA AMERICAIN CINEMA AMERICAIN CINEMA AMERICAIN

Clint Eastwood le dernier géant du cinéma américain 

Source : WIKI PEDIA 

images (1)

... En janvier 2005, lors d'un dîner de gala à New York, Clint Eastwood s'en prend vigoureusement au réalisateur Michael Moore, déclarant : « Michael, si vous vous présentez un jour à ma porte avec une caméra, je vous tue », faisant référence au comportement de Michael Moore envers son vieil ami Charlton Heston, dans le film-documentaire Bowling for Columbine. Jouant sur l'ambiguïté de la plaisanterie, alors que la salle éclate de rire, Eastwood précise : « Je suis sérieux »144,143.

Maire de Carmel

Eastwood réussit une incursion dans la politique en devenant maire de Carmel en Californie en avril 1986, une petite ville située sur la péninsule Monterey et regroupant une communauté d'artistesL2 9. Lorsqu'il apprend qu'Eastwood est élu avec 72 % des voixL1 182, le président des États-Unis, l'ancien acteur Ronald Reagan, l'appelle et lui dit : « qu'est-ce qu'un acteur qui joue avec un singe vient faire en politique ? », se référant au rôle d'Eastwood dans Ça va cogner et à son propre rôle dans Bedtime for BonzoL2 9. Durant son mandat, Eastwood a tourné Le Maître de guerre et Bird.

En 1988, il annonce qu'il ne se représentera pas aux élections de Carmel, préférant passer du temps avec ses enfants déjà adolescentsL1 190. Son mandat de maire est mitigé ; si beaucoup ont apprécié ses actions, tels que le Carmel Pine Cone ou encore la législature de l'État de Californie[pas clair], des habitants de la ville parlent de mettre en place une réforme empêchant une célébrité de se présenter au poste de maireL1 191.

Commission des parcs et loisirs de Californie

ClintEastwoodtakepride1

Photographie de Clint Eastwood en plein meeting, en train de parler dans un micro
Take Pride in America où intervient Eastwood

En 2001, il est nommé à la Commission des parcs et loisirs de l'État de Californie (California State Park and Recreation Commission) par le gouverneur démocrate Gray Davis145, puis à nouveau en 2004 par le gouverneur Arnold Schwarzenegger, qu'il soutient lors des élections de 2003 et 2006146. Peu après, Schwarzenegger annonce la fermeture de 80 % des California State Parks.

Eastwood, vice-président, et Robert Shriver, président de la Commission, et beau-frère de Schwarzenegger, créent ensemble en 2005 un comité s'opposant à la construction d'une autoroute à six voies. Cette autoroute, d'une longueur de 16 miles (26 km), aurait traversé le parc de San Onofre State Beach, au nord de San Diego, une des plages de surf les plus appréciées de Californie du Sud. Eastwood et Shriver lancent une action en justice en 2006 et exhortent la Commission des côtes de Californie (California Coastal Commission) à rejeter le projet, ce qu'elle fait en février 2008147.

En mars 2008, Clint Eastwood et Bobby Shriver, dont les mandats ont expiré, ne sont pas reconduits dans leurs fonctions147. Le Natural Resources Defense Council (Conseil de défense des ressources naturelles) demande une enquête législative concernant la décision de ne pas renouveler leurs mandats148. Selon le NRDC et The New Republic, Eastwood et Shriver n'ont pas été reconduits à cause de leur opposition à la prolongation de l'autoroute California State Route 241149,150. Au cours de la conférence de presse où Schwarzenegger annonce la nomination d'Alice Huffman et de Lindy DeKoven, il ne fait cependant aucune allusion à une quelconque raison de l'éviction d'Eastwood et Shriver151.

En avril 2005, le gouverneur Schwarzenegger a par ailleurs nommé Eastwood avec l'acteur et réalisateur Danny DeVito, l'acteur et réalisateur Bill Duke, le producteur Tom Werner et la productrice et réalisatrice Lili Zanuck à la Commission du film de Californie (California Film Commission)152.

Fondation David-Lynch

Il s'engage en faveur de la Fondation David-Lynch : « Je suis un partisan inconditionnel de la méditation transcendantale, que je pratique depuis près de quarante ans »153.

Musée de la police[modifier | modifier le code]

Le National Law Enforcement Officers a annoncé le 18 juillet 2011 que Clint Eastwood a accepté la place de président d'honneur d'un musée sur la police154. Ce musée a ouvert ses portes en 2013 à Washington, à côté d'un mémorial rend hommage aux 19 298 policiers tués en service depuis 1791, est en fait consacré à l'histoire et au rôle des forces de sécurité américaines. Clint Eastwood s'est dit « très honoré de contribuer à raconter l'histoire héroïque du métier et du dévouement » ; d'avoir été choisi comme président d'honneur : l’acteur et réalisateur avoue se sentir très concerné par ce métier qui perd des milliers d'hommes et de femmes chaque année : « police mérite cet hommage. Un policier est tué en service toutes les 53 heures aux États-Unis. Malgré les risques, 800 000 femmes et hommes travaillent chaque jour pour nous servir et nous protéger »155,156. Son rôle sera de présenter au public les diverses expositions du musée. Sa notoriété permettra également au musée de rassembler les fonds manquants qui devraient permettre au musée d'ouvrir ses portes.

Par ailleurs, il existe un poste de police australien portant le nom de Clint Eastwood157.

Style de vie

Peinture murale représentant le visage de profil de Clint Eastwood
Représentation de la silhouette d'Eastwood sur un bâtiment

Clint Eastwood, qui a toujours été non-fumeur, prend conscience de l'importance de la santé et des aptitudes physiques dès l’adolescence : il se maintient en bonne forme physique et mange des repas sains dès lors. Alors qu'il devient célèbre durant la production de la série télévisée Rawhide, Eastwood apparaît souvent dans des magazines et des journaux qui traitent de son style de vie équilibré. Dans l'édition d'août 1959 du TV Guide, par exemple, Eastwood est photographié en train de faire des pompes et de donner des conseils sur le fitness et la nutrition : il préconise aux lecteurs de manger beaucoup de fruits, de crudités et de vitamines mais d'éviter les boissons sucrées et alcooliséesL1 252.

Le 21 juillet 1970, le père d'Eastwood meurt d'un infarctus du myocarde à l’âge de soixante-quatre ansL1 253. Cela provoque un grand choc chez Clint Eastwood, dont le grand-père avait vécu jusqu'à l'âge de quatre-vingt-douze ans et avait eu un profond impact sur sa vie. Cet événement bouleverse Eastwood, comme le décrit Fritz Manes : « la seule mauvaise chose qui lui soit arrivée dans sa vie ». À partir de ce moment, il devient plus productif, travaillant plus rapidement tout en conservant son efficacitéL1 78. Bien qu'il ait toujours été en bonne santé, sa prudence redouble après la mort de son père, ne buvant, par exemple, plus de spiritueux, et adoptant un régime plus rigoureuxL1 78. Il reste cependant favorable à la bière et ouvre même un pub du nom de Hog's Breath Inn à Carmel-by-the-Sea en 1971L1 254. L'acteur-réalisateur détient également le Mission Ranch Hotel and Restaurant situé dans la même ville158.

En 1975, Eastwood déclare publiquement qu'il pratique la méditation transcendantale lors de The Merv Griffin Show.

Clint Eastwood détient, par ailleurs, le Tehàma Golf Club de Carmel-by-the-Sea. Ce club privé est composé d'approximativement trois cents membres. Le prix d'adhésion est d'environ 500 000 $. Il a également investi dans le Pebble Beach Golf Links, mondialement reconnu159. En plus d'être passionné de golf, Clint Eastwood est également très bon pilote d'hélicoptèreL1 6,L1 56.

Vie privée

Clint Eastwood est officiellement le père de 7 enfants. Il a aussi eu une fille cachée, Laurie Murray, née d'une relation extra-conjugale. La mère de cette enfant la confia à l'adoption, sans en parler à l'acteur. À l'âge de 30 ans, Laurie Murray engagea un détective privé pour connaître ses origines160,161.

Dans la culture populaire

À la suite de sa carrière, tant comme acteur que comme réalisateur et producteur, Clint Eastwood a vu son nom utilisé dans de nombreux médias, tels que le cinéma, la télévision, la musique ou encore la littérature et les jeux vidéo. La référence la plus fréquente à Eastwood est l'utilisation du personnage Harry Callahan et de son .44 Magnum issus de la série de L'Inspecteur Harry. C'est par exemple le cas dans Casper où un personnage voit son reflet dans un miroir se transformer en Harry, et prononcer une réplique en référence à ce dernier. Dans Transformers, un autobot nommé Ironhide fait une imitation d'Eastwood dans L'Inspecteur Harry. Par ailleurs, Jim Carrey fait à deux reprises allusion à Clint Eastwood, qui a jadis lancé sa carrière. Dans The Mask, son personnage sort de sa veste un arsenal de revolvers, en demandant « Do you feel lucky, punks? ». Puis, dans le film Bruce tout-puissant, Carrey réplique « Be careful what you wish for, Punk ».

« L’Homme sans nom » a souvent été réutilisé dans divers médias. Dans Retour vers le futur 3, Marty McFly se fait appeler Clint Eastwood, alors que le film parodie les westerns. D'ailleurs, dans Retour vers le futur 2, le personnage de Biff regarde à la télé Pour une poignée de dollars. Le personnage Roland de Gilead, créé par Stephen King, s'inspire aussi clairement du personnage d'Eastwood dans Le Bon, la Brute et le Truand. Dans le clip vidéo de Prince Charming, interprété par Adam and the Ants, on peut voir le chanteur habillé comme Eastwood dans Le Bon, la Brute et le Truand. Dans un épisode de SupernaturalDean Winchester se fait appeler shérif Eastwood alors qu'il est dans le Far West.

D'autres fois, c'est seulement le nom d'Eastwood qui est utilisé. On peut le trouver dans l'attraction The Great Movie Ride, dans le jeu vidéo Overwatch, où il est interprété par McCree un personnage qui vient du Far Ouest. On peut aussi citer Serious Sam : Second ContactGorillaz a également interprété deux chansons intitulées Clint Eastwood et Dirty Harry.

Eastwood apparaît également à la télévision dans des publicités. La première, aux côtés de Jack Nicholson, concerne le tourisme en Californie162,163 ; Eastwood se trouve sur son terrain de golf favori, et Nicholson est assis dans les gradins du Staples Center. La seconde est contre la drogue164,165 et la dernière concerne le lait166.

Distinctions

Clint Eastwood portant le costume de docteur de l'Université du Pacifique, en train de recevoir son prix
Clint Eastwood reçoit l'Honorary Degree de la part de l'Université du Pacifique

Le 22 août 1984, le Grauman's Chinese Theater sur l'Hollywood Boulevard fait l'honneur à Eastwood de laisser ses empreintes dans le ciment qui le devanceL1 84. Par ailleurs, l'acteur et réalisateur reçoit de l'American Film Institute le Life Achievement Award en 1996 et l'Honorary Degree en 2009. Il fait aussi partie des deux seuls artistes à avoir été nommés à la fois pour l’Oscar du meilleur acteur et du meilleur réalisateur pour le même film : Impitoyable (1992) et Million Dollar Baby (2004)N 35. En 2005, il devient ainsi le réalisateur le plus âgé à recevoir un Oscar. Eastwood fait également partie des réalisateurs ayant gagné un Oscar qui sont aussi connus pour leur réalisation que pour leur interprétation dans un film.

Clint Eastwood a reçu de nombreux prix durant sa carrière, tels que le Kennedy Center Honors. En 1995, l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences lui décerne l'Irving G. Thalberg Memorial Award pour la créativité dont il a fait preuve durant toute sa carrière de producteurL2 13. En 2006, il reçoit l'Honorary Degree de la part de l'Université du Pacifique et un prix similaire de l'Université de Californie du Sud en 2007. Pour ses compositions, Eastwood a notamment été nommé à un Grammy Awardsen 2006 ; il a gagné le Satellite Award de la meilleure chanson originale en 2007 et il a été nommé à deux reprises au Critics Choice Awards du meilleur compositeur. En 2007, il est le premier prétendant au Jack Valenti Humanitarian Award pour son travail sur Mémoires de nos pères et Lettres d'Iwo Jima, une cérémonie annuelle présentée par la MPAA167.

Le 6 décembre 2006, le gouverneur de CalifornieArnold Schwarzenegger, et la Première Dame Maria Shriver font entrer Eastwood dans le California Hall of Fame. À la fin de l’année suivante, en France, Eastwood est décoré de la Légion d'honneur. Le président français de l'époque, Jacques Chirac, a déclaré qu'il donnait « à comprendre la complexité de l’Amérique, avec sa grandeur et avec ses fragilités, avec l'élan de ses rêves et avec ses interrogations inquiètes »168.

Le 22 septembre 2007, Clint Eastwood est nommé docteur en Musique par le Berklee College of Music durant le Monterey Jazz Festival. Il a longtemps fait partie du conseil d'administration de cette université. En recevant cette distinction, Eastwood déclare dans son discours qu'il s'agit de « l’un des plus grands honneurs [qu'on lui ai] fait »169. L'année suivante, il reçoit du National Board of Review le prix du meilleur acteur pour sa performance dans Gran Torino170.

Ordre du Soleil levant qu'a reçu Eastwood

Le 29 avril 2009, le gouvernement japonais annonce qu'Eastwood a reçu l'Ordre du Soleil levant avec des raies d'or et un ruban, ce qui représente la troisième plus grande des huit classes associées à ce prix171. À la fin de l'année, il est nommé Commandeur de la Légion d'honneur168. En 2010, il est couronné par l'American National Medal of Arts pour son service et sa contribution à l’art cinématographique national. Il s'agit de la plus haute récompense décernée à un artiste en Amérique. Parmi les prix pour lesquels il a été nommé, on trouve notamment six Oscars, trois BAFTA Awards, deux Prix David di Donatello, deux Césars, neuf Golden Globeset quatre Saturn Awards. En outre, il a fait partie à cinq reprises de la sélection officielle du Festival de Cannes et il a remporté deux récompenses à la Mostra de Venise. Parmi les prix qu'il a gagnés, il y a quatre Oscars, trois Césars, deux DGA Awards, deux Golden Globes, sept Kinema Junpo Awards, deux Satellite Awards et une Palme d'honneur lors du Festival de Cannes 2009.

Il a reçu à Lyon le Prix Lumière 2009 du premier Festival Lumière pour l'ensemble de sa carrière. Clint Eastwood est également décoré de l'ordre des arts et des lettres, au rang d'officier.

Voix francophones

En version françaiseJacques Deschamps double l'acteur pour son personnage de l'« homme sans nom » dans la Trilogie du dollar (1964 à 1966) de Sergio Leone172(composée de Pour une poignée de dollarsEt pour quelques dollars de plusLe Bon, la Brute et le Truand172). Jean Lagache est sa voix pour quelques films (dont Joe KiddLe Canardeur et L'Évadé d'Alcatraz172). Néanmoins, c'est à partir de 1971, que Jean-Claude Michel devient la voix française régulière de Clint Eastwood dans la plupart de ses rôles jusqu'en 1997 (et de façon ininterrompue de 1980 à 1993 - dont la série de films L'Inspecteur HarryBronco BillyPink CadillacImpitoyable et Dans la ligne de mire172,173etc.). Puis à partir de 1999, l'année de la mort de Jean-Claude Michel, Hervé Jolly lui succède et devient la voix française la plus fréquente de l'acteur (Jugé coupableSpace CowboysCréance de sangGran TorinoUne nouvelle chance, et La Mule)174. Occasionnellement, il a aussi été doublé à trois reprises par Jacques Thébault (la série RawhideUn shérif à New York et Sierra torride172) et deux fois par Denis Savignat172 (Quand les aigles attaquent et De l'or pour les braves). À titre exceptionnel, Pierre Hatet lui prête son timbre si particulier dans Les Proies172Alain Doutey dans Sur la route de Madison172 et Marc Cassot lors du film Million Dollar Baby172.

En version québécoiseJean Fontaine a principalement été la voix de l'acteur (dont Les Enjeux de la mortLa Cadillac roseLa Recrue175etc.). Lors de rares occasions, Hubert Fielden l'a également doublé à deux reprises (Les Pionniers de l'espace et Gran Torino175). Exceptionnellement, Jean-Marie Moncelet lui prête sa voix pour le film La Fille à un million de dollars175.

Versions françaises
Versions québécoises
Note : La liste indique les titres québécois.

Notes et références

Notes

  1.  Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2.  À noter par ailleurs que la biographie autorisée écrite par Richard Schickel sous le titre Clint Eastwood ne dévoile aucun trait des origines de l'acteur et réalisateur Clint Eastwood.
  3.  (en) This is just a wonderful one, it goes to everybody i can think off. […] In the year of the woman, the greatest woman on the planet is here tonight — my mother, Ruth.
  4.  Sonny est un terme familier anglais, diminutif de l'anglais son, c'est-à-dire fils. Sonnypeut être traduit par « fiston », par exemple.
    (fr) familli.fr, « Sonny [archive] », consulté le 20 octobre 2009
  5.  Où il côtoie Jackie Jensen, futur joueur star des Red Sox de Boston
  6.  Cette théorie a été avancée par les premiers attachés presse de Clint Eastwood. Néanmoins, elle est vite considérée comme un mensonge : dès la sortie de Honkytonk Man, on apprend qu'il anéantissait tous les efforts de ses professeurs d'art dramatique qui cherchaient à lui donner un rôle dans leur pièce. Sally Rinehart Nero, professeur d'anglais et d'art dramatique, affirme que Clint Eatwood n'était inscrit à aucun de ses cours ou ateliers.
  7.  I.e. le journal d'Oakland
  8. ↑ a et b Cette théorie selon laquelle Eastwood aurait été remarqué par Arthur Lubin en personne durant le tournage de Francis chez les wacs est inexacte, car Eastwood avait déjà quitté Fort Ord quand le tournage eut lieu. Arthur Lubin est un réalisateur polyvalent sous contrat avec Universal, à l'apogée de son succès dans les années 1950. Clint est sans doute le « beau gosse » dont parlent ces communiqués. Néanmoins, le réalisateur expliqua qu'une personne le conduisit à une station-service de Los Angeles où Clint travaillait. C'est là que les deux hommes se sont rencontrés pour la première fois.
  9.  Voir les dialogues du passage où apparaît Clint sur Wikiquote : La Revanche de la créature.
  10.  Anita Ekberg est d'ailleurs sans cesse prise en photographie devant la piscine de la Villa Sands, où elle arbore son célèbre maillot de bain en peau de léopard.
  11.  Rawhide désigne un cuir non traité, ou le fouet fabriqué dans ce cuir.
  12.  Le tournage s'effectue entre deux saisons de Rawhide, permettant à Eastwood de conserver son contrat avec les producteurs de la série. C'est d'ailleurs cet argument d'Irving qui a décidé Eastwood à accepter ce contrat.
  13.  Ce qui équivaut à 1 500 000  d'après (fr) « fxtop [archive] » (consulté le 9 novembre 2009).
  14.  Un shérif à New York était initialement, avant la refonte du scénario, un remake de Rawhide. En effet, le scénario représentait un nouveau Rowdy du sud-ouest à New York, un peu perdu, qui s'essaye à faire la loi.
  15.  Quand les aignes attaquent est un film de guerre, alors que Clint Eastwood n'avait jusqu'à présent joué que dans des westerns.
  16.  À noter que ce film est le dernier de sa carrière.
  17.  Toutefois, s'il est vrai qu'Universal ne lui propose pas, de 1969 à 1973, des scripts intéressants, la société n'est pas seule responsable. Don Siegel et Eastwood ont carte blanche pour travailler le script.
  18.  Paul Newman refuse de jouer dans ce film, du fait de son pacifisme. Dans sa biographie, Let Me Entertain You, David Brown, coproducteur du film, assure pourtant qu'Eastwood était également quelqu'un de pacifiste.
  19.  Eastwood n'ayant aucune notion d'escalade dut suivre une formation de quelques jours. Au cours de ce tournage, David Knowles, un alpiniste qui accompagnait l'équipe pour l'aider à travers la montagne, trouve la mort lors d'un éboulement.
    p. 323.
  20.  C'est ainsi, par exemple, que son directeur de la photographie fait une chute de trois mètres, après laquelle il doit réapprendre à marcher, son côté gauche étant resté paralysé durant plusieurs jours.
  21.  De son côté, Sondra Locke est mariée au même homme depuis son adolescence. Mais il s'agit plus d'un « mariage de façade ». En effet, lorsque le couple a emménagé à Hollywood, Anderson s'est rendu compte qu'il est homosexuel.
    p. 378.
  22.  Eastwood ne désirait plus avoir d'enfant, il déclare même que c'est Maggie Johnson qui avait voulu en avoir avec lui. Il pense que cela nuirait à leur couple.
  23.  Qu'Eastwood incarne pour la première fois un héros fanfaron.
  24.  Le film réalise toutefois un score tout à fait bon à la fin de son exploitation : 80 000 000 $, voire la section filmographie de l'article (année 1980).
    (en) Box-office mojo, « Every Which Way But Loose [archive] », consulté le 6 janvier 2010.
  25.  Dans le roman de Clancy Carlile, c'est le personnage d'Eastwood, Red Stoval, qui propose à son neveu, Whit, de fumer un joint. Pour garder l'image de l'homme bien, Eastwood modifie la scène : c'est un étranger qui fume le joint sous la table où est installé Whit, qui inhale donc de la fumée accidentellement. De plus, la Packard devient une Lincoln Continental. L'univers musical souhaité par Carlile est aussi entièrement modifié, tendant à être plus commercial.
  26.  L'actrice Sondra Locke, à l'époque, avait peur que son image reste jamais associée à celle de l'homme qui partageait sa vie.
  27.  Il avait préféré terminer un script pour la Columbia Pictures avant celui d'Eastwood.
  28.  Le personnage de Sondra Locke élimine plusieurs des hommes qui ont violé sa sœur, dont George Wilburn et Kruger.
  29.  Variety a même publié à ce sujet : « Certains ont pensé que le ministre socialiste aurait été gêné d'honorer personnellement une star amerloque dont les films d'action avaient de par le passé été fréquemment accusés d'être porteurs d'une idéologie de droite ».
  30.  Kyle Eastwood a déjà vingt ans, alors qu'Alison en a seize. Cette dernière dira cependant, à l'occasion d'une interview : « je ne crois pas que ça [notre éducation] ait eu un impact sur sa décision ».
  31.  Selon Clint Eastwood : Une légende, c'est ce motif qui l'a poussé à accepter de prendre en charge le projet.
  32.  « Clint Eastwood - Libertarian »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur USA Today, 25 janvier 2004 « I like the libertarian view, which is to leave everyone alone » (j'aime la vision libertarienne, qui consiste à laisser tout le monde tranquille).
  33.  À propos de la chasse, après une remarque de Hillary Clinton : “I don't go for hunting. I just don't like killing creatures. Unless they're trying to kill me. Then that would be fine.” (« Je ne chasse pas. Je n'aime pas tuer les animaux. Sauf s'ils essaient de me tuer. Alors ça va. »). « Clint Eastwood targets the legacy of Dirty Harry » [archive], sur Los Angeles Times1er juin 2008.
  34.  Sur « The Other Son » [archive], sur Los Angeles Times, 19 octobre 2008p. 4 : « Crimes against children are the most hideous of all. I think they would be on the top of my list of justification for capital punishment »
  35.  L'autre homme est Warren Beatty pour Heaven Can Wait et Reds.
  36.  La trilogie du dollar est composée de Pour une poignée de dollarsEt pour quelques dollars de plusLe Bon, la Brute et le Truand.

Références[modifier | modifier le code]

Clint Eastwood : Une légende[modifier | modifier le code]

  1.  p. 13.
  2.  p. 14.
  3. ↑ a et b p. 15.
  4.  pp. 21-22.
  5. ↑ a et b p. 23.
  6. ↑ a b et c p. 25.
  7.  p. 40.
  8. ↑ a b c et d p. 42.
  9. ↑ a et b p. 43.
  10. ↑ a b c et d p. 45.
  11.  p. 47.
  12.  p. 48.
  13. ↑ a et b p. 49.
  14.  p. 51
  15. ↑ a et b pp. 52-53.
  16. ↑ a et b p. 54.
  17.  p. 55.
  18.  pp. 56-57.
  19.  p. 58.
  20.  p. 62.
  21.  p. 63.
  22.  pp. 63-64.
  23.  pp. 65-66.
  24. ↑ a et b p. 66.
  25.  p. 67.
  26.  p. 68.
  27.  p. 73.
  28. ↑ a et b p. 69.
  29.  p. 76.
  30.  p. 20.
  31. ↑ a b et c p. 77.
  32.  pp. 77-78.
  33. ↑ a et b p. 78.
  34. ↑ a et b p. 81.
  35.  p. 79.
  36.  p. 82.
  37. ↑ a b et c p. 83.
  38.  p. 85.
  39.  p. 86.
  40. ↑ a b et c p. 87.
  41.  p. 89.
  42.  p. 109.
  43. ↑ a b et c p. 91.
  44.  p. 92.
  45.  p. 93.
  46. ↑ a et b p. 94.
  47. ↑ a b c et d p. 114.
  48.  pp. 114-115.
  49. ↑ a b et c p. 115.
  50.  pp. 118-119.
  51. ↑ a b et c p. 119.
  52.  p. 128.
  53. ↑ a b et c p. 129.
  54.  p. 118.
  55.  p. 130.
  56. ↑ a b et c p. 131.
  57.  p. 132.
  58. ↑ a et b p. 133.
  59. ↑ a et b p. 136.
  60.  p. 137.
  61.  p. 138.
  62.  p. 140.
  63. ↑ a b c et d p. 141.
  64. ↑ a et b p. 143.
  65.  p. 144.
  66. ↑ a et b p. 145.
  67.  p. 155.
  68. ↑ a et b p. 156.
  69. ↑ a b c et d p. 169.
  70. ↑ a et b p. 170.
  71.  p. 150.
  72.  p. 171.
  73.  p. 172.
  74.  p. 173.
  75. ↑ a et b p. 174.
  76.  p. 186.
  77.  pp. 192-193.
  78. ↑ a b c d et e p. 193.
  79.  p. 195.
  80.  p. 198.
  81.  p. 202.
  82.  p. 208.
  83.  p. 211.
  84. ↑ a b et c p. 213.
  85.  p. 216.
  86.  p. 217.
  87. ↑ a b c d et e p. 220.
  88. ↑ a et b p. 221.
  89.  p. 226.
  90.  pp. 100-228
  91. ↑ a et b p. 229.
  92.  p. 230.
  93.  p. 231.
  94.  p. 234.
  95.  pp. 236-237.
  96.  p. 240.
  97.  p. 242.
  98.  p. 245.
  99.  p. 247.
  100. ↑ a et b p. 251.
  101.  p. 252.
  102.  p. 253.
  103.  p. 254.
  104. ↑ a b et c p. 255.
  105.  p. 257.
  106.  p. 258.
  107. ↑ a et b p. 259.
  108.  pp. 270-271.
  109.  p. 271.
  110. ↑ a et b p. 274.
  111.  p. 275.
  112.  p. 276.
  113. ↑ a et b p. 278.
  114.  pp. 280-282.
  115.  p. 283.
  116.  p. 284.
  117. ↑ a et b p. 285.
  118.  p. 287.
  119.  p. 291.
  120. ↑ a et b p. 293.
  121.  p. 295.
  122. ↑ a et b p. 300.
  123. ↑ a b c d et e p. 301.
  124.  p. 304.
  125. ↑ a et b p. 306.
  126.  p. 308.
  127. ↑ a et b p. 309.
  128.  p. 312.
  129. ↑ a et b p. 313.
  130.  p. 315.
  131.  p. 328.
  132. ↑ a b et c p. 331.
  133.  p. 332.
  134. ↑ a et b p. 344.
  135.  p. 346.
  136.  p. 347.
  137. ↑ a et b p. 355.
  138.  p. 358.
  139.  pp. 361-363.
  140.  p. 364.
  141.  p. 365.
  142.  p. 366.
  143.  p. 372.
  144.  p. 374.
  145.  p. 375.
  146.  p. 163.
  147.  p. 382.
  148.  p. 391.
  149.  p. 395.
  150.  p. 397.
  151.  p. 398.
  152. ↑ a b et c p. 400.
  153.  p. 411.
  154. ↑ a et b p. 414.
  155.  p. 416.
  156.  p. 417.
  157. ↑ a et b p. 418.
  158.  p. 421.
  159. ↑ a b et c p. 432.
  160.  p. 433.
  161.  p. 434.
  162.  p. 435.
  163.  p. 437.
  164. ↑ a et b p. 442.
  165.  p. 443.
  166.  p. 449.
  167. ↑ a et b p. 450.
  168.  pp. 450-451.
  169. ↑ a et b p. 451.
  170.  p. 455.
  171.  p. 457.
  172.  p. 467.
  173.  p. 468.
  174.  p. 473.
  175.  p. 474.
  176.  p. 476.
  177.  p. 477.
  178.  p. 479.
  179.  p. 481.
  180.  p. 484.
  181. ↑ a b et c p. 487.
  182. ↑ a et b p. 504.
  183.  p. 511.
  184.  p. 514.
  185.  p. 526.
  186.  p. 533.
  187.  p. 547.
  188.  p. 550.
  189.  p. 551.
  190. ↑ a et b p. 554.
  191. ↑ a et b p. 555.
  192.  pp. 560-570.
  193. ↑ a et b p. 570.
  194.  p. 574.
  195. ↑ a et b p. 594.
  196.  p. 585.
  197.  p. 589.
  198.  p. 591.
  199.  p. 592.
  200.  p. 593.
  201. ↑ a b et c p. 601.
  202. ↑ a et b p. 602.
  203.  p. 603.
  204.  p. 608.
  205.  p. 609.
  206.  p. 610.
  207.  p. 615.
  208. ↑ a et b p. 617.
  209. ↑ a et b p. 618.
  210. ↑ a et b p. 619.
  211.  p. 620.
  212.  p. 626.
  213.  p. 627.
  214.  p. 635.
  215. ↑ a et b p. 636.
  216.  p. 637.
  217. ↑ a b et c p. 638.
  218. ↑ a b et c p. 640.
  219. ↑ a et b p. 644.
  220.  p. 641.
  221.  p. 642.
  222. ↑ a et b p. 646.
  223.  p. 647.
  224. ↑ a et b pp. 655-656.
  225.  p. 660.
  226.  p. 661.
  227.  p. 665.
  228.  p. 666.
  229.  p. 678.
  230. ↑ a b et c p. 679.
  231. ↑ a et b p. 681.
  232. ↑ a et b p. 683.
  233.  p. 684.
  234.  pp. 687-688.
  235.  p. 689.
  236. ↑ a et b p. 692.
  237. ↑ a et b p. 698.
  238.  p. 694.
  239.  p. 693.
  240. ↑ a et b p. 700.
  241.  p. 702.
  242.  p. 703.
  243. ↑ a et b p. 707.
  244.  p. 709.
  245. ↑ a et b p. 710.
  246.  p. 704.
  247. ↑ a et b p. 705.
  248.  p. 712.
  249.  p. 715.
  250.  p. 716.
  251.  p. 718.
  252.  p. 108.
  253.  p. 192.
  254.  p. 204.

American Rebel : The Life of Clint Eastwood[modifier | modifier le code]

  1. ↑ a et b American Rebelp. 13.
  2.  pp. 18-19.
  3.  p. 23.
  4.  p. 26.
  5.  p. 28.
  6.  p. 59.
  7.  p. 153.
  8.  p. 36.
  9. ↑ a b et c p. 227.
  10.  p. 289.
  11.  p. 320.
  12.  p. 327.
  13.  p. 294.

Clint Eastwood : A Biography[modifier | modifier le code]

  1. ↑ a b c d e f et g Clint Eastwood : A Biography
  2.  p. 225.

Clint Eastwood : Regard d'une femme française[modifier | modifier le code]

  1. ↑ a et b p. 17.
  2. ↑ a et b p. 18.
  3.  p. 19.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1.  Le Petit Robert des noms propres - 2012 : édition des 60 ans : dictionnaire illustré, paru en mai 2011, page : 698. (ISBN 978-2-84902-888-9)
  2.  (en) Clint Eastwood : A Cultural Production.
  3. ↑ a et b (fr) AlloCiné, « Impitoyable (secrets de tournage) [archive] », consulté le 20 octobre 2009
  4. ↑ a et b (en) Pittsburgh Post-Gazette, « Oscar makes his day as Unforgiven rides off four Academy Awards », 30 mars 1993.
    [(en) Lire en ligne [archive] (page consultée le 20 octobre 2009)]
  5.  (en) Guardian, « Gentla Man Clint [archive] », consulté le 31 octobre 2009
  6.  (en) « Eastwood at 80 [archive] », Times. Consulté le 12 août 2010.
  7. ↑ a b c et d Thomson Gale, « Clint Eastwood [archive] », publié en 2004. Encyclopedia of World Biography [archive]. Consulté le 25 janvier 2010.
  8.  (en) Clint Eastwood : Film makerp. 18.
  9.  (en) Clint Eastwoodp. 16.
  10.  Traduit par « meneur de troupeaux à cheval ».
  11.  (en) Clint Eastwood: Film-Makerp. 29.
  12.  (fr+en) Internet Movie Database, « Rawhide (lieux de tournage) [archive] », consulté le 6 novembre 2009
  13.  (en) The Free Dictionary, « Rowdy [archive] », consulté le 6 novembre 2009
  14.  (en) Reader's digest, « RD Face to Clint Eastwood [archive] », consulté le 6 novembre 2009
  15.  Iain Johnstone, The man with no name:Clint Eastwood, Plexus, 1981, page 35
  16.  (en) Great Lovers of the Moviesp. 272.
  17.  (en) Sergio Leone : Something To Do With Death.
  18.  (fr) « Omar Sharif, morceaux choisis [archive] », Paris Match. Consulté le 26 juin 2010.
  19.  (en) The New York Times Guide to the Best 1000 Movies Ever Made.
  20.  (en) San Francisco Film Festival, « Play Misty for Me [archive] », consulté le 17 novembre 2009
  21.  (en) « Tucson Film Office [archive] », consulté le 4 juillet 2010.
  22.  (fr) Cécile Besson, « États-Unis. haro sur le droit criminel [archive] », L'Humanité, consulté le 20 novembre 2009
  23.  (fr) Jean-Eudes Durand, « « Don Siegel »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur findeseance.com (consulté le 20 novembre 2009)
  24.  Entretien avec Clint Eastwood par Michael Henry, Positif, janvier 1985
  25.  (fr+en) Internet Movie Database, « Trivia (The Outlaw Josey Wales) [archive] », consulté le 2 décembre 2009
  26.  (en) Directors Guild of America, « DGA Creative Rights Handbook [archive] », consulté le 6 janvier 2010.
  27.  (fr) cinemovies.fr, « « Clint Eastwood - Biographie »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google• Que faire ?) (consulté le 14 mai 2017) », consulté le 6 janvier 2010.
  28.  « Dirty Harry Movies » [archive], sur Box-office mojo (consulté le 19 janvier 2010).
  29.  John Vinocur, « Clint Eastwood, Seriously », New York Times Magazine, 24 février 1985.
  30.  (en) Clint Eastwoodp. 137.
  31.  p. 694
  32.  (en) « « Mystic River, Story »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le14 mai 2017) », Warner Brothers. Consulté le 29 avril 2010.
  33.  (en) Hearing a Film, Seeing a Sermon: Preaching and Popular Moviesp. 150.
  34.  (fr) « Prix du 61e Festival de Cannes : Catherine Deneuve et Clint Eastwood » [archive], sur site du Festival de Cannes (consulté le 5 juin 2010).
  35.  « Round 2 for Spike Lee Vs Clint Eastwood » [archive], sur New York Times, 9 juin 2008
  36.  « Changeling (2008) » [archive], sur boxofficemojo (consulté le 9 juin 2010).
  37.  « The Changeling » [archive], sur The Numbers (Nash Information Services)(consulté le 11 février 2009).
  38.  (en) Todd McCarthy, « Changeling' review » [archive], sur Variety, 20 mai 2008(consulté le 21 mai 2008).
  39.  (en) Joe Morgenstern, « Changeling, Impostor Tale, Itself Feels False »(Archive •Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur The Wall Street Journal, 24 octobre 2008(consulté le 4 avril 2009).
  40. ↑ a b c d e et f (en) Todd Longwell, « Eastwood recognizes Hmong immigrants with new film » [archive], sur Reuters, 9 décembre 2008 (consulté le 9 juin 2010).
  41.  (en) Clint Eastwood begins shooting movie in Grosse Pointe ShoresThe Detroit News, publié le 15 juillet 2008.
  42.  (en) Maria Allard, « Clint Eastwood films scene for new movie in Highland Park, Center Line » [archive], sur Candgnews.com, C&G Publishing, 16 juillet 2007(consulté le 10 juin 2010).
  43.  (en) Christina Hall, The Film set new door : Lights… camera… Clint Eastwood!Detroit Free Press, publié le 15 juillet 2007.
  44.  (en) Francis Donnely, « Culture shock, poverty plague Hmong in Michigan »(Archive• Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur The Detroit News, 12 avril 2005 (consulté le10 juin 2010).
  45.  « Gran Torino (2009 - Weekly) » [archive], sur boxofficemojo (consulté le9 juin 2010).
  46.  « Gran Torino (2009) » [archive], sur boxofficemojo (consulté le 9 juin 2010).
  47.  (en) Alistair Jamieson, « Clint Eastwood to retire from acting » [archive], sur The Daily Telegraph (consulté le 10 juin 2010).
  48.  (en) Hunter Stephensen, « First Look: Clint Eastwood's The Human Factor with Matt Damon » [archive], sur Slash Film, 14 mars 2009 (consulté le 31 mars 2009).
  49.  (en) Nick Leyes, « Matt Damon takes rugby union to Hollywood. Somanth as Matt Damon's brother » [archive], sur Daily Telegraph, 15 mars 2009 (consulté le31 mars 2009).
  50.  (en) Bill Keller, « Entering the Scrum »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur New York Times, 15 août 2008 (consulté le 5 novembre 2009).
  51.  Interview de Carlin, BBC Radio 5, diffusé le 21 mai 2009.
  52.  « Matt Damon and Francois Pienaar Invictus Interviews » [archive], sur About.com(consulté le 10 juillet 2010).
  53.  (en) Elisabeth Rappe, « Matt Damon Goes Blond For 'The Human Factor' » [archive], sur Cinematical.com, 16 mars 2009 (consulté le 31 mars 2009).
  54.  « Invictus (2009) » [archive], sur boxofficemojo (consulté le 10 juin 2010).
  55.  (en) Roger Ebert, « Invictus » [archive], sur Chicago Sun-Times, 9 décembre 2009(consulté le 10 juin 2010).
  56.  Judith Lowski, « Clint Eastwood, personnalité du cinéma préférée des Américains » [archive], sur Plurielles, 2 février 2010 (consulté le 21 juin 2010).
  57. ↑ a et b (fr) « Au-delà : décryptage du film de Clint Eastwood [archive] », publié le 23 décembre 2010, Inres. Consulté le 24 janvier 2011.
  58.  « Hereafter » [archive], sur Rotten Tomatoes
  59.  « Au-delà » [archive], sur Allociné
  60.  (en) « J.Edgar » [archive], sur Rotten Tomatoes
  61.  « J.Edgar » [archive], sur Allociné
  62.  (en) « Trouble With The Curve » [archive], sur BoxOfficeMojo.com (consulté le26 novembre 2015).
  63.  (en) « Trouble With The Curve » [archive], sur The-Numbers.com (consulté le26 novembre 2015).
  64.  « Une nouvelle chance » [archive], sur JPBox-Office.com (consulté le26 novembre 2015).
  65.  « Jersey Boys » [archive], sur Allociné
  66.  (en) « Jersey Boys » [archive], sur Rotten Tomatoes
  67.  (en) « American Sniper » [archive], sur RottenTomatoes.com (consulté le26 novembre 2015).
  68.  (en) « Clint Eastwood » [archive], sur BoxOfficeMojo.com (consulté le26 novembre 2015).
  69.  (en) « Oscar Nominations: 'Grand Budapest Hotel' & 'Birdman' Lead Way With 9 Noms; 'Imitation Game' Scores 8 » [archive], sur Deadline.com, 15 janvier 2015(consulté le 26 novembre 2015)
  70.  (en) « Clint Eastwood to Direct Capt. ‘Sully’ Sullenberger Drama for Warner Bros » [archive], sur The Wrap, 2 juin 2015
  71. ↑ a et b « Tom Hanks, pilote de l'extrême dans un film de Clint Eastwood » [archive], sur Le Figaro, 19 juin 2015
  72.  (en) Clint Eastwood's 'Sully' Gets Early Fall Release Date [archive] par Natalie Stone dans le magazine The Hollywood Reporter du 18 décembre 2015.
  73.  (en) « Sully (2016) » [archive], sur Rotten Tomatoes (consulté le30 novembre 2016).
  74.  « Clint Eastwood souhaite mettre en scène l'attaque déjouée du Thalys » [archive], sur Le Figaro, 21 avril 2017
  75.  « Les héros américains du Thalys joueront leur propre rôle au cinéma » [archive], sur Le Soir, 13 juillet 2017
  76.  « Le 15h17 pour Paris : le long-métrage de Clint Eastwood qui craint la critique » [archive], sur Le Figaro, 7 février 2018
  77.  « Le 15h17 pour Paris de Clint Eastwood : la critique interdite » [archive], sur Libération, 7 février 2018
  78.  Le Masque et la Plume du 11 février 2018.
  79.  « Avec Le 15h17 pour Paris, Clint Eastwood reste à quai » [archive], sur Le Temps, 8 février 2018
  80.  « VIDÉO. Le 15h17 pour Paris : Clint Eastwood mise sur l'audace pour célébrer les héros du Thalys » [archive], sur 20 Minutes, 7 février 2018
  81.  « Le 15h17 pour Paris de Clint Eastwood : critique » [archive], sur Ciné Chronique, 12 février 2018
  82.  (en) « The Mule (2018) » [archive], sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 16 mars 2019).
  83.  (en) « The Mule (2018) reviews » [archive], sur Metacritic (consulté le16 mars 2019).
  84.  AlloCine« A Star Is Born: Les critiques presse » [archive] (consulté le27 juillet 2019)
  85.  AlloCine« Avis sur le film A Star Is Born » [archive] (consulté le 27 juillet 2019)
  86. ↑ a et b (en) Alastair Jamieson, « Clint Eastwood to retire from acting » [archive], sur The Telegraph, 23 novembre 2008 (consulté le 1er juillet 2010).
  87. ↑ a b et c (fr) Douhaire Samuel, « Clint, son univers impitoyable [archive] », publié le 2 septembre 2000, Libération. Consulté le 26 juillet 2010.
  88. ↑ a b et c Fabien Gaffez, La Mort de Clint, Positif (Hors Série : 80 Cinéastes vus par Positif et Nicolas Guérin). Publié en 2010, p. 8.
  89. ↑ a b c d e f g h et i (fr) Aurélien Ferenczi, « Sur la route de Clint Eastwood [archive] », publié le 13 janvier 2010, Télérama. Consulté le 26 juillet 2010.
  90. ↑ a b et c Jean-Pierre Coursodon, Les Westerns de Clint Eastwood : de l'homme sans nom au nom de l'auteur, Positif, no 512, publié en octobre 2003, pp. 94-99.
  91. ↑ a b et c (fr) Florence Colombani, « Clint Eastwood, invaincu [archive] », publié le 12 janvier 2010, Le Point. Consulté le 26 juillet 2010.
  92. ↑ a b c d et e (fr) « Clint Eastwood en dix films [archive] », publié le 25 février 2009, Les Inrocks. Consulté le 26 juillet 2010.
  93. ↑ a et b Franck Kausch, La Première pierre : Eastwood et la question de l'innocence, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 105.
  94. ↑ a b et c Pierre-Olivier Toulza, Vieillir à Hollywood : L'âge et le vieillissement dans les derniers films de Clint Eastwood in Admirable tremblement du temps: Le vieillir et le créer, Cahiers de recherches du CRLMC-Université Blaise Pascal, publié en 2008, p. 29.
  95. ↑ a et b Catherine Axelrad, Les Pleins Pouvoirs, Positif, no 436, publié en juin 1997, p. 6.
  96. ↑ a b et c Jean-Christophe Ferrari, La Vie dans les traces : Spectrologie de Clint Eastwood, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 107.
  97. ↑ a b et c Philippe Fraisse, Un humanisme d'après l'humanisme, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 109.
  98. ↑ a b c d e et f (fr) Jean-Luc Douin, « Gran Torino" : le grand œuvre crépusculaire de Clint Eastwood [archive] », publié le 24 février 2009, Le Monde. Consulté le 26 juillet 2010.
  99.  (fr) « Clint Eastwood [archive] », Larousse. Consulté le 26 juillet 2010.
  100.  (fr) Rafael Wolf, « Les acteurs sont-ils tous masochistes? [archive], publié le 14 février 2009, Le Matin Dimanche. Consulté le 26 juillet 2010.
  101.  (fr) Marie-Claude Loiselle, « Clint Eastwood le passeur [archive] », 24 imagesno 145. Consulté le 26 juillet 2010.
  102. ↑ a et b (fr) Douhaire Samuel, « Sierra torride. Ciné Cinémas II, 13h10 [archive] », publié le 4 avril 1998, Libération. Consulté le 26 juillet 2010.
  103.  (fr) Virginie Gaucher, « Un Frisson Dans La Nuit [archive] », Pariscope. Consulté le 2 août 2010.
  104.  Jean-Pierre Coursodon, Les Westerns de Clint Eastwood : de l'homme sans nom au nom de l'auteur, Postif, no 512, publié en octobre 2003, p. 98.
  105. ↑ a b et c Pierre-Olivier Toulza, Vieillir à Hollywood : L'âge et le vieillissement dans les derniers films de Clint Eastwood in Admirable tremblement du temps: Le vieillir et le créer, Cahiers de recherches du CRLMC-Université Blaise Pascal, publié en 2008, p. 30.
  106.  Luc Moullet, Eastwood : la veine temporale et la démagogie libertaire, Les Cahiers du cinéma, no 496, publié en novembre 1995, pp. 70-71.
  107. ↑ a et b (fr) « Jugé coupable (True crime) [archive] », publié le 30 novembre 1998, Les Inrocks. Consulté le 26 juillet 2010.
  108. ↑ a b c d et e (fr) Philippe Person, « Clint Eastwood a-t-il vraiment changé ? [archive] », publié en juin 2009, Le Monde Diplomatique. Consulté le 26 juillet 2010.
  109. ↑ a et b (fr) Timothée Gérardin, « « Clint Eastwood est réac, et alors ? »(Archive •Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 15 mai 2017) », publié le 11 juin 2009, Marianne. Consulté le 26 juillet 2010.
  110.  Philippe Fraisse, Un humanisme d'après l'humanisme, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 108-109.
  111. ↑ a et b Michael Henry, Entretien avec Clint Eastwood : Une plaisanterie des anges, Positif, no 530, publié en avril 2005, p. 15.
  112.  Helen Faradji, Au cœur du néo-classicisme, 24 Images, publié en 2010, no 145, Montréal, p. 21.
  113. ↑ a et b (fr) Gérard Lefort, « Clint Eastwood sur la route du mélo [archive] », publié le 7 septembre 1995, Libération. Consulté le 28 juillet 2010.
  114.  (fr) Louis Skorecki, « Sur la route de Madison [archive] », publié le 1er mars 2001, Libération. Consulté le 28 juillet 2010.
  115.  Alain Masson, Million Dollar Baby : la réticence, Positif, no 530, publié en avril 2005, p. 8.
  116.  Collectif, Positif, no 530, publié en avril 2005, p. 5.
  117.  Jean-Loup Bourget, Lettres d'Iwo Jima: Nul homme n'est une île, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 88.
  118.  Jean-Loup Bourget, Lettres d'Iwo Jima: Nul homme n'est une île, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 89.
  119.  Alain Masson, Million Dollar Baby : la réticence, Positif, no 530, publié en avril 2005, pp. 8-10.
  120.  Franck Kausch, La Première pierre : Eastwood et la question de l'innocence, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 103.
  121. ↑ a b et c Jean-Christophe Ferrari, La Vie dans les traces : Spectrologie de Clint Eastwood, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 106.
  122.  Jean-Louis Leutrat, Vie des fantômes : le fantastique au cinéma, collection Essais, Cahiers du cinéma, publié en 1995, p. 10.
  123.  Christian Viviani, Une miniature : Vanessa in the garden, Positif, no 552, publié en février 2007, pp. 108-109.
  124. ↑ a b et c Christian Viviani, Contrastes : la tradition classique chez Clint Eastwood, Positif, no 512, publié en octobre 2003, p. 92.
  125. ↑ a b et c Jean-Pierre Coursodon, Minuit dans le jardin du bien et du mal : Walking the dog, Positif, no 445, publié en mars 1998, p. 16.
  126.  (fr) Jean-Michel Frodon, « « Le génie de Clint Eastwood »(Archive • Wikiwix • Archive.is •Google • Que faire ?) (consulté le 14 mai 2017) », publié le 16 février 2010, Les Cahiers du cinéma. Consulté le 30 juillet 2010.
  127. ↑ a b c et d Franck Kausch, La Première pierre : Eastwood et la question de l'innocence, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 104.
  128. ↑ a et b (fr) Guilhem Caillard, « « Le Western crépusculaire »(Archive • Wikiwix • Archive.is• Google • Que faire ?) (consulté le 14 mai 2017) », publié le 14 avril 2010, Hors champ. Consulté le 30 juillet 2010.
  129.  Pierre-Olivier Toulza, Vieillir à Hollywood : L'âge et le vieillissement dans les derniers films de Clint Eastwood in Admirable tremblement du temps: Le vieillir et le créer, Cahiers de recherches du CRLMC-Université Blaise Pascal, publié en 2008, p. 31.
  130.  Jean-Loup Bourget, Lettres d'Iwo Jima: Nul homme n'est une île, Positif, no 552, publié en février 2007, p. 90.
  131.  Pierre-Olivier Toulza, Vieillir à Hollywood : L'âge et le vieillissement dans les derniers films de Clint Eastwood in Admirable tremblement du temps: Le vieillir et le créer, Cahiers de recherches du CRLMC-Université Blaise Pascal, publié 2008, p. 32.
  132.  Pierre-Olivier Toulza, Vieillir à Hollywood : L'âge et le vieillissement dans les derniers films de Clint Eastwood in Admirable tremblement du temps: Le vieillir et le créer, Cahiers de recherches du CRLMC-Université Blaise Pascal, publié en 2008, pp. 32-33.
  133.  Pierre-Olivier Toulza, Vieillir à Hollywood : L'âge et le vieillissement dans les derniers films de Clint Eastwood in Admirable tremblement du temps: Le vieillir et le créer, Cahiers de recherches du CRLMC-Université Blaise Pascal, publié en 2008, pp. 36-37.
  134.  Guillaume Luer, « Clint Eastwood, 80 ans de talent [archive] », publié le 31 mai 2010, L'Express. Consulté le 30 juillet 2010.
  135.  (fr) Jean-Baptiste Morain, « Clint Eastwood, notre bon américain [archive] », publié le 27 février 2009, Les Inrock. Consulté le 30 juillet 2010.
  136.  « Interview » [archive], sur Popentertainment (consulté le 7 novembre 2008)
  137.  « Interview de Clint Eastwood » [archive], sur The Guardian, juin 2008
  138.  (en) David Swindle « Clint Eastwood's Libertarian-Conservative Vision » [archive], sur Front Page Magazine, 23 janvier 2009
  139.  Alexandre Hervaud, « "Clint Eastwood préfère Trump à Clinton et fustige la «génération mauviette»" », Libération,‎ 4 août 2016 (lire en ligne [archive])
  140.  Samuel Blumenfeld, « Clint Eastwood : le vieil homme et la guerre » [archive], sur Le Monde, 19 octobre 2006 (consulté le 10 juillet 2010)
  141.  « Qui a voté qui ? » [archive], sur Le nouvel observateur, 8 novembre 2004
  142.  Philippe Person, « Clint Eastwood a-t-il vraiment changé ? » [archive], sur Le Monde diplomatique, juin 2009
  143. ↑ a et b « Clint Eastwood est réac, et alors ? »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur Marianne2, juin 2009
  144.  « Clint Eastwood: I'll Kill Michael Moore » [archive], sur NewsMax.com, 13 janvier 2005
  145.  « Governor Schwarzenegger Appointments to the State Park and Recreation Commission »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur California State Park and Recreation Commission.
  146.  (en) « Governor Schwarzenegger Announces Appointments to the State Park and Recreation Commission » [archive], sur Office of the Governor, State of California, 4 mars 2004.
  147. ↑ a et b (en) Samantha Young, « Schwarzenegger removes his brother-in-law and Clint Eastwood from Californi » [archive], sur Associated Press, 20 mars 2008 (consulté le27 mai 2010).
  148.  « Group wants probe into governor's removal of Eastwood, Shriver » [archive], sur Associated Press, 22 mars 2008 (consulté le 27 mai 2010).
  149.  (en) Josh Patashnik, « It's Not a Tumor » [archive], sur The New Republic, 23 avril 2008 (consulté le 10 juillet 2010).
  150.  « California Rejects Superhighway in State Park » [archive], sur Natural Resources Defense Council (consulté le 27 mai 2010).
  151.  (en) « Governor Schwarzenegger Announces Appointments »(Archive • Wikiwix •Archive.is • Google • Que faire ?), sur État de Californie, 23 mai 2008 (consulté le 27 mai 2010).
  152.  (en) Arnold Schwarzenegger, « Governor Schwarzenegger Appoints DeVito, Duke, Eastwood,Werner and Zanuck to Film Commission » [archive], sur California Film Commission, avril 2005 (consulté le 3 janvier 2011).
  153.  (fr) Le Point USA: des célébrités promeuvent la méditation contre le stress de la guerre [archive]
  154.  (en) Steve Groeninger, « Clint Eastwood Takes on New Role as Honorary Chairman for National Law Enforcement Officers Memorial and Museum [archive] », National Law Enforcement Officers. Consulté le 26 juillet 2011.
  155.  (fr) Étienne Jean De La Perle, « Clint Eastwood, alias Dirty Harry, devient président d’honneur d’un musée [archive] », Relaxnews. Consulté le 26 juillet 2011.
  156.  (fr) « Président d'honneur d'un musée de la police [archive] », Canöe. Consulté le 26 juillet 2011.
  157.  (en) « Eastwood Police Station [archive] », NSW Police Force. Consulté le 26 juillet 2011.
  158.  (en) « Welcome to Mission Ranch [archive] », Mission Ranch Carmel. Consulté le 28 mai 2010.
  159.  (en) Kenneth R. Weiss, « California rejects Clint Eastwood's Monterey golf course [archive] », LA Times, publié le 14 juin 2007. Consulté le 28 mai 2010.
  160.  https://www.7sur7.be/7s7/fr/1527/People/article/detail/3506936/2018/12/17/La-fille-cachee-de-Clint-Eastwood-revele-la-maniere-dont-ils-se-sont-rencontres.dhtml [archive]
  161.  https://hollywoodlife.com/2018/12/13/clint-eastwood-love-child-laurie-murray/ [archive]
  162.  [vidéo] (en) « Publicité sur le tourisme en Californie » [archive], sur Clint la légende (consulté le 26 juin 2010).
  163.  (en) « California Tourism [archive] », YouTube, publiée en octobre 2009. Consultée le 11 juillet 2010.
  164.  [vidéo] (en) « Publicité contre la drogue » [archive], sur Clint la légende(consulté le 26 juin 2010).
  165.  (en) « Clint Eastwood PSA Crack Cocaine 1980s' [archive] », YouTube, publiée en avril 2008. Consultée le 11 juillet 2010.
  166.  [vidéo] (en) « Publicité sur le lait » [archive], sur Clint la légende (consulté le26 juin 2010).
  167.  « Eastwood tapped first recipient of MPAA's Valenti honor » [archive], sur Yahoo.com (consulté le 27 mai 2010).
  168. ↑ a et b « Eastwood Receives French Honor »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur BBC (consulté le 27 mai 2010).
  169.  « Clint Eastwood Receives Berklee Degree at Monterey Jazz Festival » [archive], sur Berklee College of Music (consulté le 27 mai 210).
  170.  « NBR names 'Slumdog' best of year » [archive], sur Variety (consulté le27 mai 2010).
  171.  « Japan honors Clint Eastwood in spring decorations » [archive], sur Japantoday(consulté le 27 mai 2010).
  172. ↑ a b c d e f g h i j k l m n et o « Comédiens ayant doublé Clint Eastwood en France » [archive], sur Doublagefrancophone.lebonforum.com (consulté en23=octobre 2014).
  173. ↑ a et b « Doublages effectués par Jean-Claude Michel » [archive] sur Doublagissimo.
  174.  « Comédiens ayant doublé Clint Eastwood en France » [archive], sur RS Doublage.
  175. ↑ a b c d et e « Comédiens ayant doublé Clint Eastwood au Québec » [archive] sur Doublage.qc.ca, consulté le 23 octobre 2014.
  176.  « Clint Eastwood : Hervé Jolly est de retour » [archive], sur AlloDoublage, 8 octobre 2012 (consulté le 26 janvier 2019).

Annexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.
Les ouvrages sont classés selon leur(s) auteur(s) par ordre alphabétique.

Films biographiques

Clint Eastwood : 35 ans de carrière, 35 films. Coffret DVD distribué par Warner à l’occasion des trente-cinq années de carrière d'Eastwood
  • 1976 : Harry Callahan / Clint Eastwood: Something special in films
  • 1976 : Eastwood in Action
  • 1982 : Clint Eastwood: Director (téléfilm)
  • 1989 : Eastwood & Bronson: Pablihasa detektib
  • 1992 : Eastwood… A Star (téléfilm)
  • 1992 : Eastwood & co: Making 'Unforgiven' (téléfilm)
  • 1992 : Clint Eastwood on Westerns (téléfilm)
  • 1993 : Clint Eastwood: The Man from Malpaso (téléfilm)
  • 1996 : The American Film Institute Salute to Clint Eastwood (téléfilm)
  • 1997 : Eastwood on Eastwood (téléfilm)
  • 1997 : Eastwood After Hours: Live at Carnegie Hall (téléfilm)
  • 2000 : American Masters: Clint Eastwood, Out of the Shadows (téléfilm)
  • 2003 : Biography: Clint Eastwood, Gut Instinct
  • 2010 : The Eastwood Factor (documentaire)

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

***********************************************************************

Quelques Films de Clint EASTWOOD (Acteur-Réalisateur-Sénariste-Producteur ...)

images (23)

images

 

images (1)

images (4)

images (5)

images (11)

images (15)

images (17)

images (18)

images (24)

images (25)

images (26)

images (28)

images (3)

images (2)

images (6)

images (7)

images (8)

images (9)

images (10)

images (12)

images (13)

images (14)

images (16)

images (19)

images (20)

images (21)

images (22)

téléchargement (1)

téléchargement